• Accueil
  • > Archives pour octobre 2011

Qu’à fait Grand Mère ?

27102011

pix13881.jpg - Qui frappe à la porte à une heure inappropriée, demanda la fiancée ?

- Sûrement pas ma mère….elle a les clefs de l’appartement ! répondit le jeune homme (ndlr : Elie Kakou dans La vérité si je mens)

A cet instant je serai tenté de dire à la demoiselle : « va et ne te retourne pas ! », » fuis tant qu’il en est encore temps » ,  » quand on se marie, on épouse la famille  » et je pourrais continuer longtemps comme ça, vu que des citations de cet acabit j’en ai tout un container.

Entendons-nous bien je n’ai rien contre le mariage…enfin presque rien.

Mais je voudrais appuyer là où ça fait mal : la découverte du syndrome du Docteur Jekyll and Mister Hyde.

Certes, les grands-parents sont des êtres merveilleux qui s’offrent le luxe de faire avec leurs petits enfants, ce qu’ils n’ont pas toujours pu faire avec leurs propres bouts de chou : leurs donner du temps et, ce qui n’est pas négligeable, de l’affection. 

Combien de fois ai-je entendu des jeunes femmes me dire : » Je ne reconnais pas ma mère : avec moi c’est un iceberg, avec les enfants, c’est un volcan ! »   pix13811.jpg

En revanche, il faut savoir qu’il existe un accord tacite entre les parties qui stipule que les « grands », bien trop contents de laisser leur progéniture chez pappy-mamy, pour se retrouver entre adultes, ferment les yeux sur certains franchissements de ligne jaune.

Ainsi seront tolérés : la crêpe au nutella en overdose, le maquillage outrancier special « Barbie mate Ken », ou le serre tête avec antennes modèle Moulin Rouge; mais en contre-partie l’autorité parentale ne doit pas être remise en cause, ni ses faits et gestes critiqués.    

Ça c’est ce qui devrait se passer sur une planète normale. Mais dans l’univers des pafs, c’est une autre histoire.

Et en quoi est-ce diffèrent ?

Parce que c’est un homme qui est en face !!! (étant acquis que le phénomène des belles-mères « couguar » devrait faire l’objet d’une thèse de doctorat)

Je m’explique ….  

La grand-mère adore donner le biberon mais la belle-mère estime que le lait que le pédiatre vous a recommandé n’est pas le bon; sachant que vous n’y connaissez rien en la matière elle va agir sur le champ, rapide comme l’éclair : elle change votre Nidal pour le Lémiel.

pix13871.jpg Et voilà comment ma fille ressembla rapidement à un dirigeable et que mes voisins me soupçonnèrent de stocker de l’hélium.

Le poupon grandit et la grand-mère verrait bien son adorable petite fille faire de la danse avec les chaussons Repetto et tout et tout….

La maman a argumenté durant des mois pour expliquer que le moment venu, tout en respectant les désirs de sa « fifille » elle opterait pour la meilleure formule.

La grand-mère, qui ne l’entend pas de cette oreille, fera disparaitre votre enfant l’espace d’une journée et reviendra toute fière avec une inscription à la Salle Pleyel. Tu ne t’imaginais tout de même pas qu’elle allait l’inscrire à l’Opéra de Massy-Palaiseau !!!

Et elle ajoute : » Ne t’inquiète pas pour l’argent, je leur ai dit que vous feriez un crédit ».

De l’air vite de l’air j’étouffe.

C’est ainsi qu’elle choisira l’ophtalmo, le cachemire de chez Catimini, l’orthodontiste, les souliers vernis, le cartable, les Nike, le jean Diesel, le portable…et vous conseillera aussi pour le cadeau d’anniversaire de sa fille, parce que la teuf à la Patrick Sabatier, genre Avis de Recherche, ça ne vaut pas la bonne vieille rivière de diamants.

Je crois que je n’ai rien oublié…n’est ce pas maître ? Maître Chemla ? 

- oui mon fils, c’est tout bon …

- J’en ai mis du temps pour comprendre…mais maintenant ça va mieux …j’ai pris un avocat !!! 




Vous avez demandé l’éducation sexuelle…ne quittez pas

22102011

 -  Popix11171.jpgurquoi la zigounette en érection des messieurs est-elle orange ? Le décor est planté. Ça va être hot. Vous voilà prévenus.

- Ma chèrie, si tu avais bien lu la légende de la photo du manuel  d’éducation sexuelle, tes neurones auraient peut-être détecté la présence du mot « thermographie »….ou alors l’objet en question est la propriété d’un supporter hollandais.

Cher lecteur imagines-tu qu’un jour le père Borgia s’est adressé ainsi à sa fille :

- il mio caro Lucrezia occorre che si parli di sessualità …

- che cosa vuoi sapere papà ?

Eh oui …  »que veux tu savoir papa » ; si l’on en croit la légende elle aurait aussi beaucoup appris  de son frère César.

Vous pensiez qu’en achetant les bons livres, vous seriez dispensés de parler du sujet. Malheureusement les ouvrages en question ne répondent pas toujours à leur demande et bien souvent ils n’ont pas la patience de tout lire.

Nos enfants ont pratiquement tous les mots, y compris ceux qu’il ne faut pas, mais pas dans l’ordre : la mission, si vous l’acceptez, consistera à les récupérer, à les trier, pour formuler clairement ce que vous avez si bien conçu avec l’ensemble de vos partenaires.bul01791.jpg

Mais jetons tout d’abord, un petit coup d’oeil dans le rétro : 1968…Helga, de la vie Intime d’une  jeune femme, un film arrivé tout droit d’outre-rhin suscite le débat sur les ébats. L’oeuvre est sensée avoir été réalisée dans le but d’aider les parents à aborder ces thèmes délicats avec les adolescents, qui eux, s’échangent en cachette les photos de Playmate.

Un mois avant mai 68, c’est peut-être là, si on fait abstraction des évènements du 22 mars à Nanterre, que commence l’affrontement fratricide, entre une France fille aînée de l’église et un hexagone qui a les yeux rivés sur les mouvements culturels et politiques du moment, qui prônent toutes les formes de libération.

Les uns crient au scandale, les autres applaudissent à cet hymne à la liberté : en fait le film comporte une scène d’accouchement. Les mystères de la sexualité ne seraient-ils donc uniquement réservés qu’à ceux qui se sont jurés fidélité devant le maire, le rabbin ou le prêtre ?

En vérité les adultes de 68, sont en partie désemparés devant ce bouillonnement : je dirais même plus : il ne sont pas mûrs.   

Je vais le constater quelques années plus tard en essuyant  une réaction violente de mon paternel quand je lui explique que dans le cadre de mon cours de Sciences Naturelles de Terminale D, on a assisté à la projection du film produit par la marque Guigoz : Les premiers jours de la vie, en noir et blanc. Le bouquet final étant la naissance d’un adorable poupon avec force détails. 

vmo01191.jpg Finalement je crois qu’on devrait remercier Sylvia Kristel…et Emmanuelle Arsan.

Retour aux années 2010…Bien évidemment le sexe ne les intéresse pas, enfin c’est ce qu’ils essaient de vous faire croire. Il y a bien eu une approche maladroite : « Il paraît que Kevin et Christopher ont visionné un porno sur le net ». Rien de plus.

Pourtant je saisis la balle au bon et m’engouffre dans la brèche.

On a donc abordé la question en parlant de littérature, de cinéma, de savoir-vivre, d’anatomie, de politique, des droits de la femme et de l’homme, de la contraception, du sida, des films « X » et de la signification de l’expression « public averti »  ….mais surtout de tendresse, de romantisme, de la réciprocité des sentiments, d’amour, et de respect. 

Et si j’osais, je dirais que les langues se sont déliées, et la parole est venue soulager les esprits  des angoisses, et des peurs. 

Et comme l’a si bien écrit Jean-Loup Dabadie pour Gabin.  

Maintenant je sais, je sais qu’on n’sait jamais !

La vie, l’amour, l’argent, les amis et les roses
On n’sait jamais le bruit ni la couleur des choses
C’est tout c’que j’sais ! Mais ça, j’le sais
!




Le chausson d’Aurélie

15102011

 u233356671.jpg Il est 18 heures…Ce soir là comme presque tous les soirs, alors que la banlieue court de plus en plus  pour regagner les chaumières, épuisée par une journée harassante de travail, on m’intime l’ordre de faire silence, seuls les S.M.S. étant tolérés : la quotidienne de Secret Story débarque sur les étranges lucarnes.  

 Méfiez-vous des apparences, prévient la voix off. 

Pourquoi ? La vérité dépasse-t-elle à ce point l’affliction ?  

Stratégies, missions, cagnottes, secrets, on va voyager entre le zéro et l’infiniment vide. Quand on sait à quel point cette télé-réalité, par l’entremise de Saint-Endémol, rencontre un sacré succès auprès des jeunes, ça donne le vertige ou la nausée, c’est selon. 

Juliette, Morgane, Marie et Geoffrey version « live » de Barbie et Ken, (comme dirait Miss Lapsus, Laurence Ferrari : entre eux c’est le coup de foutre) et tous les autres glandent en boucle sur les écrans.   

En quelques mois des inconnus dans la maison deviennent des people. Célébrité éphémère je vous l’accorde. 

C’est à ce moment que fuse la question qui tue :

 » Dis, papounet, t’en as connu toi des people ? «          bestej0015s1.jpg

-Mais sais-tu qu’elle est bonne ta question ?

En y réfléchissant bien, j’ai du en croiser deux ou trois..

- Des noms, des noms !!!!

-Je ne suis pas sur que ce que je vais te dire, éveille ton intérêt. Le premier s’appelait Jorge Semprun, un écrivain, un grand scénariste et un homme politique espagnol. Je l’ai rencontré lors d’un été passé dans les Alpes de Haute Provence, dans les années 70 par l’intermédiaire d’un proche parent.

- Connais pas !!!!

- Marguerite Duras? Madeleine Renaud ? 

- Connais pas !!!

- José Artur…

- Connais pas !!!

 -Tu ne sais pas ce que tu perds…Artur pionnier en matière de radio, animait une émission le soir sur France Inter, le Pop-Club, d’une qualité rare…elle dura 40 ans. C’est un réel plaisir d’interviewer de telles personnes…j’ai eu cette chance. 

- Ca sent la naphtaline…euh je veux dire la nostalgie, bien sur..

047c0803pm1.jpg- Et si je te raconte que ton grand-père a cherché une Cadillac rose pour Dario Moreno ?

- Pappy participait déjà à la gay pride dans les années 60 ???  Tu m’en bouches un coin !

- Et te souviens-tu de ce jour mémorable où ta mère a sauté sur Mimie Mathy pour avoir un autographe…la pauvre Joséphine a failli se retrouver pour de bon chez les anges gardiens, tant elle a été surprise.

Bon visiblement, tu trouves mes people « has been »…mais si tu vas chercher au fond de ta mémoire, tu t’apercevras que toi, ma fille, tu as  connu des gens célébres, je dirais même plus des étoiles non filantes.

- Moi ??????

- Eh oui, quand tu avais cinq ans, tu es allée frapper aux portes de l’entrée des artistes de l’Opéra Bastille, avec ta grand-mère, tout ça pour rencontrer les danseuses que tu avais vu sur Arte dans une retransmission de la Belle au Bois Dormant.  

-  J’avoue…rhu00031.jpg

-  Tu as obtenu ce que tu voulais et même plus, puisque tu es repartie avec un chausson dédicacé par la danseuse étoile, Aurélie Dupont…la demoiselle de la télé devenait réalité.

Conserve cette relique précieusement, parce que vois-tu, il y a des années de travail acharné, sous le petit chausson de satin rose.




Par la fenêtre….

15102011

038c0204ll1.jpg Et voilà c’est reparti, le réac qui sommeille en moi va encore déverser son fiel tout noir sur les colonnes immaculées de son blog.

Oui, mais non ….

Je voulais juste vous conter une petite histoire, question de débuter la semaine en pleine forme. Petite généralité pour commencer : quelque soit le domaine, il ya toujours un angle de vue qui nous échappe.

Prenons l’exemple de la Grèce….Quand on vous parlait des hellènes vous pensiez à Nana, à Mélina, à l’archéologie, à Vassilis Vassilikos, à Démosthène, à Metaxas , à Nikos (cherchez l’erreur) à Marathon ou au Panathinaikos  pour ceux qui aiment le foot, et à Lesbos ou à Mikonos si vous souhaitez découvrir le miroir à deux faces.

Mais la dette ….ce n’était qu’un lointain écho perdu dans les flots bleus de la mer Egée. Aujourd’hui on a compris enfin que les Canons de Navarone avaient suffisamment de puissance, pour faire trembler la planète.

En matière de publicité, c’est un peu le même topo. A force de vouloir faire passer son message avec humour, et de se cacher derrière le « joke » on en oublie le mot responsable.

Lorsque j’ai vu « le spot décalé » de Cuisinella, j’ai cherché sur la toile des réactions et j’en ai trouvé.

L’asssociation S.O.S. hommes battus  a protesté contre la diffusion d’un film montrant unex176071001.jpg  femme poussant un homme par la fenêtre de la cuisine, pour mieux en apprécier, seule, tout le confort. Le jury de déontologie publicitaire, sur la base de son article 12, refusa de porter cette plainte en délibération. Dont acte. 

L’histoire eut pourtant une suite inattendue. Hier soir, en plein milieu d’un apéritif, j’eus comme une mauvaise intuition. Je demandai à l’entourage de me dire où étaient mon neveu et ma nièce…

Réponse collective : « Ils jouent dans la chambre ». Sauf que dans la dite pièce s’il y avait des enfants, ce n’était que les miens. 

Comment l’instinct maternel vient aux hommes ? Je n’en sais strictement rien ! Mais je me suis précipité dans la cuisine. 

Mon neveu, qui portait sa petite soeur dans les bras, essayait tout simplement de la faire basculer par la fenêtre…rassurez-vous on est au rez-de-chaussée !!

Je me mis à crier : » Mais ça va pas la tête !!! A quoi jouez vous ?? »

Et là cette petite fille de 4 ans me répondit avec une innocence et une grâce infinie :

« On joue à Cuisinella »                   

      




C’était mieux avant….

15102011

tri01711.jpgOn a presque tous prononcé un jour ou l’autre cette fameuse phrase : »Eh bien oui !  C’était mieux avant ! ».

Avant ? C’est quand ?

C’est un moment pas tout à fait défini dans le temps, constitué par un ensemble de clichés gravés dans la mémoire de chacun de nous, où tout avait une autre saveur, la viande, le homard, le Banania, les fruits et les légumes; même le Coca Cola était plus light. Une époque où les valeurs étaient meilleures, bref : c’était l’âge d’or. Une periode qui se situe souvent entre 1945 et 1975.

Les jeunes étaient bien élevés, mis à part quelques zazous, yéyés, rockers et blousons noirs, que la police embarquait dans les paniers à salade.  Notez que les fauteurs de troubles furent affublés par la suite des surnoms de beatniks, hippies, et gauchistes.

Seuls les adultes, raisonnables et exemplaires, buvaient, pêle-mêle, Cinzano, Byrrh, Dubonnet, St-Raphaël , Picon et autre Suze. 

Les gens se levaient dans les transports en commun, (quand la perche ne tombait pas sur le toit du trolley) pour laisser leur place aux personnes âgées et aux femmes enceintes. Il y avait des poinçonneurs Porte des Lilas et deux classes dans le métro parisien.

Les caleçons ne dépassaient pas du baggy et les strings des jupes des jeunes filles. On voguaitx172605471.jpg  sur du Petit bateau en laissant entrevoir, parfois, quelque combinaison de soie Valisère.

On ne connaissait que deux types de clavier : ceux des pianos ou ceux des machines à écrire, que de jeunes secrétaires sorties de chez Pigier, s’évertuaient à maîtriser. 

On faisait son service militaire pour la patrie, sauf avis du conseil de révision et l’on partait pour les colonies ou l’Afrique du Nord.   

Le dimanche c’était le jour du seigneur, avec une vraie messe en latin, du Tiercé et de Léon Zitrone….ici Longchamp à vous Cognac-Jay.

En tous cas c’était bien avant l’arrivée du minitel, du TGV et de Canal Plus.

D’ailleurs la télévision était en noir et blanc, en 819 et en 625 lignes et c’était suffisant pour regarder Jean Nohain et ses 36 Chandelles, Nounours ou Pollux.  

Les genoux de   Noëlle Noblecourt provoquaient des montées d’adrénaline chez les collégiens, vite remis à leurs places par le petit carré blanc. On faisait circuler sous le duffle coat les photos retouchées de Paris Hollywood, un sepia bien vulgaire que vint chassé un « Lui » plus glamour et plus esthétique.    

Quand on téléphonait, on parlait d’abord à l’opératrice des Postes et Télécommunications.

u131592621.jpgLa politique de la France ne se faisait pas à la corbeille. On avait une monnaie bien à nous, le franc.

 La publicité, s’appelait réclame, et elle avait pris l’apparence d’un petit ch’ti…Jean Mineur : Balzac 00 01 !

Paris avait de bonnes équipes de football, qui faisaient chavirer Colombes ou Le parc des Princes. Les rémois sabraient le champagne. Le coq avait chanté  sur les terrains de Suède en 1958 et pliés sous le joug des britishs en 66 . Manque de chance en face il y avait souvent un Pelé, un Garrincha ou un Charlton. Mais le record de Just Fontaine c’était quelque chose.

Tu croisais les footballeurs de l’OM dans ta rue et tu leurs foutais la paix quand il allaient faire les courses  chez Mammouth, où quand ils se tapaient un Ricard à Castellane.

Voilà ajoutez à cela une plume Sergent Major et un cataplasme à la farine de moutarde légèrement brûlant, et vous aurez un cocktail rétro. 

On pourrait en faire des listes, en mixant, Simone de Beauvoir et Kennedy, Mao et Poulidor, Castro et la Deux-Chevaux, Gandhi, Bardot et ses fesses, la chaussure à Kroutchev et Pie XII, John Wayne et les rizières du Vietnam. 

Bien évidemment il ne vous aura pas échappé que cet article est frappé du sceau de la mauvaise foi. C’est un jeu que chacun de nous pratique avec adresse, en prenant un malin plaisir  à tout mélanger, pour en arriver à la création de son propre passé idyllique. 

Pour ma part si je donne de temps à autres dans la nostalgie et n’oublie pas les leçons du passé,dyi00041.jpg  je suis tourné résolument vers le futur et fait de cette formule anglo-saxonne ma devise : « The best is yet to come. »….

Un instant je vous prie ma fille me fait des grands signes…

- Papa !!! on t’a bloqué ton compte Facebook, tu es privé d’invitations pendant 4 jours..

- De quoi ??? On censure le Paf ???

- Ben je crois qu’on t’a dénoncé pour comportement abusif…

- Mais Quelle époque de merd….  !!!! Tu vois où ça nous mène le web… On aurait jamais connu ça avant, au temps des « Copains d’abord ». Ça c’était l’bon temps !!







Femme de Macho |
une vie de hyene |
Parisvenise |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | L'Ouvre Boîte, troupe de Ca...
| Les confidences acidulées d...
| Dim parle du monde